Organes rattachés
  • abc Le Fonds d’Aide à la Culture (FAC) Le Fonds d’Aide à la Culture a pour objectif principal de promouvoir les arts et la culture au Togo en accompagnant financièrement les artistes afin que ceux-ci puissent se professionnaliser d’avantage et vivre de leur métier.
    Plus spécifiquement, le FAC participe  à la construction et à la réhabilitation des équipements et infrastructures culturelles,  aide à la création artistique, littéraire, et cinématographique et favorise la promotion, la diffusion, la préservation, la sauvegarde et la conservation du patrimoine national.

    Le Fonds intervient également dans l’édition des ouvrages littéraires et artistiques, favorise la participation du Togo aux grands rendez-vous culturels, foires et festivals internationaux, soutient les projets culturels ayant un impact positif sur les populations et enfin soutient les associations et regroupements culturels pour une émergence des initiatives culturelles de base. 

    Pour bénéficier de ce fonds, il faut être de nationalité togolaise, disposer d’un récépissé délivré par le Ministère en charge de l’administration territoriale attestant l’existence légale de l’organisation, être reconnu par les services techniques du ministère chargé des arts et la culture, donner la preuve des activités réalisées ou en cours de réalisation dans l’un des sous-secteurs de la culture au cours des deux dernières années, pour les écrivains présenter un quitus du comité de lecture d’une maison d’édition, pour les artistes présenter un quitus d’un producteur qualifié et reconnu comme tel, et faire inscrire le projet soumis au FAC dans l’un des principaux domaines du secteur culturel que sont les arts de scènes, les arts plastiques, le cinéma, la musique,  la littérature, et la protection du patrimoine culturelle.

    Tel : (+228) 22 22 48 64 / (+228) 22 21 29 23
  • abc Le Centre de Lecture et d’Animation Culturelle Le Centre de Lecture et d’Animation Culturelle (CLAC) administre des bibliothèques publiques et lieux de convivialité.
    Les Clac favorisent le désenclavement des communautés bénéficiaires en permettant l’accès aux livres, à l’animation culturelle et aux moyens modernes de communication. Ils offrent des opportunités nouvelles avec des livres et des équipements audiovisuels de pointe, l’accès aux programmes télévisés câblés, à Internet et aux livres numériques, ce qui démultiplie les chances de formation des jeunes et des populations.

    La bibliothèque d’un Clac a pour rôle entre autres : donner l’accès à la lecture à toute la population alphabétisée ; répondre aux besoins de lecture des élèves et des enseignants, favorisant ainsi leur réussite aux examens scolaires et professionnels.

    Le CLAC vise également à encourager la scolarisation ; offrir la possibilité aux jeunes hors du système scolaire de poursuivre leur formation personnelle ; appuyer les partenaires locaux du développement : alphabétiseurs, agents de santé, de développement rural, associations, groupements féminins, ONG ; permettre à la population locale l’accès aux médias d’information et aux loisirs par l’audiovisuel (radio, télévision, vidéo, presse écrite). Il  encourage également la création de foyers d’échanges et de formation dans le domaine de l’alphabétisation, de la santé, de l’agriculture, de l’environnement, etc. ; favorise l’épanouissement des expressions culturelles par la mise sur pied ou l’accueil de troupes de musique, de danse ou de théâtre et enfin créer un climat de convivialité pour la pratique de loisirs (scrabble, pétanque, divers jeux et concours).

    Tel : (+228) 22 22 18  43
  • abc L'EDITOGO La société nationale des éditions du Togo EDITOGO est chargée de la publication de la presse écrite de l’Etat, le quotidien national TOGO PRESSE, en dehors de ses activités d’imprimerie, d’édition et de commercialisation des imprimées.

    Adresse : 5, Av. Mama FOUSSENI, BP 891 Lomé - Togo. 
    Tel : (+228) 22 21 37 18 / (+228) 22 21 61 08 
    Fax : (+228) 22 22 37 66 Email : editogo@editogo.tg
     
  • abc Le Comité National Oympique Togolais Le Comité National Oympique Togolais a pour responsabilité de promouvoir le mouvement olympique au Togo.
    Ses missions se résument, entre autres, à développer et protéger le Mouvement olympique dans le pays conformément à la Charte olympique ; propager les principes fondamentaux de l’olympisme et contribuer à la diffusion de l’olympisme dans les programmes scolaires d’éducation physique et du sport ; assurer le respect de la Charte olympique ; représenter le sport togolais pour toutes les questions d’intérêt général auprès des pouvoirs publics et les organismes internationaux, à l’exception des fédérations sportives internationales ; encourager le développement du sport pour tous et du sport de haut niveau ; aider à la préparation des cadres sportifs, notamment en organisant des cours et en s’assurant que ces cours contribuent à la propagation des principes fondamentaux de l’olympisme.

    Le Comité National Olympique Togolais intervient également dans la promotion, la réalisation d’infrastructures et la modernisation des équipements sportifs . Il agit contre toute forme de discrimination et de violence dans le sport et met en œuvre le Code mondial antidopage.

    Tel : (+228) 22 21 65 69  
    Email : cnotogo@yahoo.fr
  • abc L'Institut National de la Jeunesse et des Sports L'Institut National de la Jeunesse et des Sports a pour mission d’assurer la formation initiale, le perfectionnement et le recyclage des encadreurs de jeunesse, des animateurs d’éducation populaire et permanente.
    Il assure également la formation initiale, le perfectionnement et le recyclage du personnel enseignant de l’éducation physique et sportive des animateurs et encadreurs des sports, et du personnel de loisirs; l’organisation de stage de perfectionnement pour les sportifs ; l’étude des techniques susceptibles de promouvoir les disciplines pratiquées tout en aidant à leur diffusion et le contrôle médical des sportifs.

    Tel : (+228) 22 61 57 38 / (+228) 22 22 10 72
  • abc BUTODRA BUTODRA est un établissement public à caractère professionnel créé par la loi 91-12 du 10 juin 1991 portant protection du droit d’auteur, du folklore et des droits voisins
    Le Bureau Togolais du Droit d’Auteur (BUTODRA) est un établissement public à caractère professionnel créé par la loi 91-12 du 10 juin 1991 portant protection du droit d’auteur, du folklore et des droits voisins. Il a pour mission de défendre les droits et de gérer les intérêts des auteurs, créateurs des œuvres de l’esprit. Il collecte les redevances de droit d’auteur auprès des utilisateurs des œuvres de l’esprit et les reverse aux auteurs.
     
    Le régime administratif du BUTODRA comprend le Conseil d’Administration et la Direction Générale.
     

    Le Conseil d’Administration

     
    Il est chargé d’élaborer, de faire appliquer et de contrôler la politique générale du BUTODRA. Il se compose majoritairement des créateurs des œuvres de l’esprit ou leurs ayants droit et d’autres membres issus de l’administration publique.
     

    La Direction Générale

     
    Elle assure la gestion et l’administration du BUTODRA sous le contrôle du Conseil d’Administration qui lui délègue les pouvoirs à cet effet. Elle coordonne les activités de toutes les Directions techniques de l’institution.
     
    La Direction Générale du BUTODRA pour assurer sa mission est structurée en plusieurs directions : la Direction de la Perception, du Contrôle et de l’Informatique, la Direction de la Documentation, de la Répartition et de la Statistique, la Direction des Affaires juridiques et des Relations Internationales, la Direction du Fonds de Promotion Culturelle, des Œuvres Sociales et de la Formation, et la Direction des Affaires Communes.
     

    EVOLUTION

     
    Pour bien assurer sa mission, le nombre des agences régionales est passé de cinq (5) à sept (7). Ainsi nous avons :
     
    Agence Maritime-est          : siège à Aného
    Agence Maritime-ouest      : siège à Tsévié
    Agence des Plateaux-est     : siège à Atakpamé
    Agence des Plateaux-ouest : siège à Kpalimé
    Agence Centrale                 : siège à Sokodé
    Agence de la Kara              : siège à Kara
    Agence des Savanes           : siège à Dapaong 
     
    Le nombre des auteurs inscrits au BUTODRA évolue comme suit : 
     

    ETAT DES ADHESIONS 


     
    En 2005, le nombre de répartition des droits d’auteur est passé d’une seule à deux répartitions par an. Une en juillet et l’autre en décembre.
     

    ACTIONS EN COURS
     

    Le texte de loi régissant le BUTODRA  aujourd’hui obsolète est en révision. Le projet de loi est actuellement dans le circuit. Il sera bientôt dans mis en discussion pour sa validation avant d’être envoyé au gouvernement.
     
    Pour venir à bout des usagers récalcitrants le BUTODRA procède périodiquement à des saisies de matériel de sonorisation ou à des exemplaires d’œuvres contrefaites  dont les images sont ci-jointes.
     
    En septembre 2015, le BUTODRA a signé avec l’Imprimerie la SEMEUSE représentant les Editions Nathan au Togo  un contrat de partenariat en vue de mener une lutte commune contre la piraterie des manuels scolaires.
     
    A la suite de la signature de ce contrat, le BUTODRA a apporté son soutient  à la saisie des manuels scolaires notamment le Nouveau Calcul Quotidien sur le marché.
      

     ACTIONS A VENIR

     
    Le BUTODRA célébrera le 10 juin 2016 le 25ème anniversaire de sa création à travers une série d’activités. 

    ADRESSE DU BUTODRA
     
    E.161,Rue des Echis  B.P: 14053 Tél : 22 22 18 43 Fax : 22 22 69 00

    Site internet
    Page facebook 
     

    IMPORTANTES DIVISIONS TECHNIQUES

     

    La Direction de la Perception, du Contrôle et de l’Informatique

    Cette Direction est chargée de percevoir les redevances de droit d’auteur auprès des usagers des œuvres de l’esprit notamment les bars, les restaurants, les hôtels, les boîtes de nuit, les radios et télévisions, les sociétés de téléphonie fixe et mobile, les aires sonorisées, les organisateurs de spectacles, les véhicules publicitaires, les campagnes d’évangélisation, les foires, les tours cyclistes, les cirques… .
    Elle assure également le contrôle en ce qui concerne la légalité de l’exploitation des œuvres de l’esprit sur le territoire national et de gérer les services informatiques.
     
    La Direction de la Documentation, de la Répartition et de la Statistique
    L’enregistrement des auteurs et des œuvres, la répartition des redevances perçues aux auteurs et l’établissement des statistiques sont les différentes fonctions qu’assure cette direction.
     

    La Direction des Affaires juridiques et des Relations Internationales

    Le rôle de cette Direction consiste à gérer les affaires juridiques en donnant des conseils en matière de droit d’auteur aux sociétaires et aux partenaires du BUTODRA, et de régler à l’amiable dans les limites de ses compétences les litiges entre les auteurs et leurs partenaires et de suivre les dossiers du BUTODRA devant les tribunaux.
    Elle gère également les contrats de réciprocité signés entre le BUTODRA et les sociétés d’auteurs sœurs, les traités et les accords internationaux et en assure la diffusion.
  • abc IRES-RDEC IRES-RDEC est la nouvelle appellation du Centre Régional d’Action Culturelle (CRAC) depuis la Session extraordinaire de la Conférence Générale des Etats membres et Institutions partenaires des 29, 30 et 31 octobre 2012.

    Historique

    L’Institut Régional d’Enseignement Supérieur et de Recherche en Développement Culturel (IRES-RDEC) est la nouvelle appellation du Centre Régional d’Action Culturelle (CRAC) depuis la Session extraordinaire de la Conférence Générale des Etats membres et Institutions partenaires des 29, 30 et 31 octobre 2012. Il est un organisme public de droit international ayant son siège à Lomé en République togolaise. 

    Créé en 1976 par l’Institut Culturel Africain (ICA), une vingtaine de pays utilisent ses services. L’Institut Régional d’Enseignement Supérieur et de Recherche en Développement Culturel est donc une institution intergouvernementale africaine de formation de cadres supérieurs et agents en développement culturel. Il a formé à ce jour environ huit cents (800) hauts cadres en développement culturel.
     

    Mission :

    L’IRES-RDEC est un établissement d’enseignement supérieur qui a pour vocation la formation professionnelle et la recherche. Il développe aussi des activités d’ingénierie culturelle à travers la recherche fondamentale en développement culturel, des études de projets, organise des colloques, produit et publie dans les différents secteurs du développement culturel.
    Initié pour répondre aux besoins de formation des cadres africains en matière d’élaboration de politiques culturelles et de gestion des administrations culturelles, l’Institut a su adapter ses différentes actions aux mutations du secteur culturel et aux exigences à la fois du marché du travail et des administrations culturelles des pays africains.
     

    Domaines d’intervention :

    Les formations que donne l’Institut sont de dimensions multisectorielles et transdisciplinaires vue dans la perspective culturelle du développement. L’éventail des interventions est assez large et comprend entre autres domaines : administration des affaires culturelles, management des projets, développement humain durable, tourisme culturel, problèmes juridiques de la protection du patrimoine, économie et droit de la culture, industries culturelles, communication  et multimédia, droit de l’homme, écologie et environnement, coopération et relations culturelles internationales, propriété intellectuelle, aménagement du territoire, infrastructures et espaces culturels, les défis du développement etc.
     

    Offres de formation

    L’Institut est à sa 15ème promotion de Master professionnel après une suspension entre 1991-1995 due à la  non contribution des Etats membres au fonctionnement de l’ex-ICA qui avait à sa charge le financement du Centre Régional d’Action Culturelle (CRAC).
    Il formait à l’origine des cadres en DESS mais depuis 2010, il a fait l’option du système Licence, Master, Doctorat (LMD) avec un Master en développement culturel à trois filières  que sont :
    1. Culture et Diplomatie
    2. Management des Activités Artistiques et Culturelles
    3. Patrimoine et du Tourisme.
    Le cycle de master dure quatre semestres dont deux de tronc commun et deux  de spécialité.
    L’Institut offre aussi des formations à la carte ; c’est ainsi qu’à la demande de la Guinée équatoriale, il a été ouvert une promotion en licence professionnelle en développement culturel qui a deux options (Sciences de l’information ;  Patrimoine et tourisme culturel) puis une autre de Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en développement culturel avec deux options aussi, Sciences de l’Information et Patrimoine et Tourisme culturel.

     La 1ère promotion de licence a compté 19 étudiants en provenance du Togo et de la Guinée Equatoriale. Le BTS a compté 17 étudiants tous de la Guinée Equatoriale. Ces deux formations sont arrivées à leur terme en juin 2013.

    La 15e Promotion de Master actuellement en formation compte 35 étudiants venus du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Togo.
    Après la reconnaissance de son diplôme de Master Professionnel en Développement Culturel par le CAMES en 2012 et dans la droite ligne de sa politique de diversification des offres de formation, l’Institut a, en appui avec l’UEMOA, mis en place un programme de formation doctorale  en « Arts, Culture et Développement »avec deux parcours : « Arts et culture » et « Culture et Développement ».  La rentrée a été effectuée en février 2014.

     Le 16 septembre 2013, des experts venus de la Côte d’Ivoire, du Bénin, de Mozambique, du Togo et de l’UEMOA ont procédé à la validation du programme.

    Toujours en 2014, l’Institut a lancé une formation en ligne d’un autre Master en Développement dénommé « Culture de la Paix et Développement » avec actuellement 25 inscrits.
     

     Méthodologie

    D’une façon générale, la méthodologie des cours à l’IRES-RDEC est basée sur une pédagogie active et participative. Les cours magistraux sont accompagnés de travaux dirigés ou de travaux pratiques, de conférences et une plage est faite aux recherches personnelles des étudiants. Cette méthodologie varie d’un cycle à un autre.
     

    Profil des intervenants

    Les intervenants sont d’horizons diversifiés ; ils sont africains et non africains, choisis pour leur compétence dans leur domaine respectif, universitaires et professionnels.
     

    Langue de travail

    La langue de travail est le français.
     

    Recrutement 

    En Master, l’IRES-RDEC recrute sur concours les candidats, issus des administrations publiques et privées des Etats utilisateurs de ses services, titulaires d’une licence toutes filières confondues.
    Pour le doctorat tout postulant doit être détenteur d’un Master professionnel ou de recherche, d’un DESS, d’un DEA ou de tout autre diplôme reconnu équivalent.
     

    Administration

    L’Administration centrale compte deux expatriés provenant du Bénin et de la Côte d’Ivoire. L’Administration centrale est structurée comme suit :
    1. Professeur KADANGA Kodjona, Directeur Général, Directeur de la formation doctorale
    2. Professeur HETCHELI Kokou Folly, Responsable pédagogique
    3. Docteur AMON Adon Benjamin, Secrétaire scientifique de la formation doctorale Docteur BATCHANA Essohanam, Responsable de parcours
    4.  Monsieur BOCCO Jules, Responsable de parcours.
    5. Monsieur NOUGBOLO Kodjo, Chef service  gestion des projets.
    6. Madame GNAZINGBE Aféitom Batoini, Chef service audio-visuel et du personnel.
    7. Madame SOHOU N’gani Abiassi Abidé, Chef service coopération. 
    A ce staff, il faut ajouter un personnel d’appui. L’effectif actuel du personnel est de vingt trois  (23).
     

    Ressources financières et sources

    Les ressources financières de l’IRES-RDEC proviennent essentiellement de :
    la subvention du Togo, pays abritant le siège ;
    les frais liés à la scolarité des étudiants au prorata du nombre envoyé par chaque pays ; 
    la contribution forfaitaire des pays dont les étudiants sont en formation à l’IRES-RDEC de montant 25 000 000 F par an. 
     

    Publications

    Dans le cadre de la recherche et de l’expertise, l’institut a publié :
    culture et développement, du professeur Kodjona KADANGA,  octobre 2005
    contes et proverbes du Togo (Français, Ewé et Kabyè) UNESCO,  mars 2008
    « T’bol ou la danse du feu en pays Bassar », janvier 2012, film documentaire sur T’bol, inscrit sur la liste indicative du Togo depuis 2004
    Une revue « l’ingénierie culturelle » dont le 1er numéro a paru en décembre 2012. 
     

    Partenaires :

    L’Institut Régional d’Enseignement Supérieur et de Recherche en Développement Culturel (IRES-RDEC) développe des partenariats sous diverses formes avec les structures et institutions suivantes :
    Partenariat pour un appui financier et pédagogique, ponctuel et circonstancier :
    Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)
    Organisation des Nations Unies pour la Science, l’Education et la Culture (UNESCO)
    Union Monétaire et Economique Ouest Africaine (UEMOA) où l’IRES-RDEC est candidat au pôle d’excellence et bénéficie de cette institution d’un accompagnement sur la période 2012-2014.Partenariat pour appui pédagogique :
    Institut Supérieur des Arts et de la Culture (ISArC), Mozambique
    Ecole du Patrimoine Africain (EPA),  Bénin
    Université de Lomé (UL), Togo
    Observatoire des Politiques Culturelles en Afrique (OCPA), Mozambique
    Union Africaine : (PACI, pour le volet formation),
    Institut National Supérieur des Arts et d’Action Culturelle (INSAAC), Côte d’Ivoire.
     

    Perspectives : axes prioritaires

    Dans sa quête pour l’excellence, les priorités de l’Institut sont axées sur la mise en œuvre des mesures et actions retenues par le plan stratégique de développement et le plan d’action validés le 23 juin 2015 pour la période 2016-2025 avec comme principaux axes d’intervention :
    1. le renforcement du cadre juridique et institutionnel  de l’IRES-RDEC ;
    2. l’amélioration du cadre infrastructurel et la visibilité de l’Institut ;
    3. le renforcement de la politique de l’excellence ;
    4. la mise en place et la promotion des outils et mécanismes d’une gestion financière efficace de l’Institut ;
    5. l’assurance de la participation et l’adhésion de toutes les parties prenantes à la vie de l’IRES-RDEC ; 
    6. la promotion d’un cadre de coopération avec les institutions publiques et privées intervenant dans le secteur des Arts, de la Culture et du Développement. 

            Site Internet

      
abc
Le Ministre
Guy Madjé LORENZO
“ Le petit clic remplacera désormais vos longues distances, vos interminables coups de fils, vos multiples questions et renseignements ”
Lire la suite
abc
Accès à l’information et à la documentation publiques. "Il est désormais possible, pour l’administré de sortir des pièges de la désinformation et des rumeurs en faisant le geste le plus simple qu’est ce... Lire la suite