2e édition du FESNAD-Togo



La phase régionale de sélection de groupes de danse folkloriques a officiellement démarré le mardi 21 mars 2017 à Dapaong pour le compte de la région des savanes. C’est le Directeur de la promotion des arts et de la culture, AROUNA Madôhona ...
représentant le ministre de la communication, de la culture, des sports et de la formation civique, qui a officiellement lancé la compétition.

ETAPE DE DAPAONG
 
Les groupes de danses traditionnelles issus des différentes préfectures de la région des Savanes ont rivalisé d’ardeur sur l’esplanade des Affaires sociales de la localité ce mardi 21 mars 2017 pour séduire le jury qui avait la charge de retenir deux (02) finalistes. Il s’agit de TalkouKt de Tandjouaré, Pogn’t de Worgou, N’gondè de Mango et Fina de Tangomba. A l’issue des prestations, c’est le groupe POGN’T de Worgou dans la préfecture de Tône qui a été déclarée première alors que la seconde place est allée à N’GONDE de la préfecture de Oti.

Les sélections se poursuivent avec les étapes de Kara le 23 mars, de Sokodé le 25 mars, d’Atakpamé (Plateaux Est), le 27, de Kpalimé (Plateaux Ouest), le 29 mars, et de Tsévié 31 mars. La phase régionale prendra fin le 1er avril prochain avec la sélection des groupes de Lomé-commune.

Les douze (12) groupes qui seront retenus représenteront leurs régions respectives à la Soirée apothéose du Festival national de danses traditionnelles (FESNAD-Togo) le 26 avril prochain au Palais des congrès de Lomé.

Mais à cette phase finale, il n’y aura pas de compétition. Tous les groupes recevront équitablement une enveloppe et un trophée.

Le Festival national de danses traditionnelles (FESNAD-Togo) est organisé chaque année, dans le cadre des festivités marquant l’accession du Togo à la souveraineté internationale et a pour but, non seulement de préserver et de promouvoir la diversité des danses traditionnelles du Togo, mais aussi de favoriser le dialogue interculturel, gage de paix et de développement socioéconomique durable du Togo.
L’événement est placé sous le haut patronage de Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, en collaboration avec le Conseil de l’Entente et la Fondation ASAL.



ETAPE DE KARA ET DE LA REGION CENTRALE


A Kara, ce sont les groupes de danse Kpadja de Landa et T’bol de Bassar qui ont été retenus pour la phase finale du Festival national de danses traditionnelles (FESNAD-Togo, édition 2017. Ces groupes étaient en compétition avec Goumbe d’Assoli, Halla de la Binah, Bla de Dankpen, Sintou de Doufelgou et Fadenfé de la Keran.

Dans la région centrale, c’est cinq groupes qui se sont succédés sur la scène de l’esplanade des affaires sociales de Sokodé pour faire valoir leurs expressions artistiques et culturelles en matière de danse. Il s’agit de Takaï de Kparatao (Tchaoudjo), Essowavana de Djarkpanga, Kondona de Sotouboua, Guèlèdè de Kaboli (Tchamba) et Ogondogondo de Pagala (Blitta).

Les critères de notation étaient, l’entrée et la sortie de scène, l’esthétique d’ensemble, l’occupation de la scène, le respect du temps imparti et les costumes de scène.  

A l’issue des prestations dans cette localité, ces sont les Kondona de Sotouboua et Takaï de Tchaoudjo qui ont été retenus pour représenter la région centrale à la Soirée apothéose du FESNAD à Lomé.  

Les festivaliers ont manifesté leur satisfecit quant à l’organisation de cette manifestation qui, non seulement, met en lumière leurs valeurs endogènes, mais aussi assure le brassage culturel des différentes ethnies du pays. « Je suis très fier du gouvernement pour toutes les actions entreprises au profit de la culture. De nos jours, il y-a des coutumes qui sont en voie de disparition et je suis persuadé qu’avec les manifestations de ce genre, nous allons pouvoir les sauvegarder et les transmettre à nos enfants », a déclaré BALIKOU Ninkabou, responsable du groupe T’bol de Bassar.  Selon lui, c’est la méconnaissance de l’autre, de ces pratiques cultuelles et culturelles qui fait naitre la méfiance dans les esprits et conduit souvent aux conflits. « J’invite donc  mes frères et sœurs Togolais à soutenir cette initiative pour qu’elle soit pérenne pour le bien de notre culture», a-t-il insisté.

De son côté, OURO-AGOUDA Tagba, responsable du groupe Essowavana de Djarkpanga s’est dit honoré d’avoir participé à cette manifestation qui permet à sa troupe de danse de sortir de l’ombre. « Vous ne pouvez pas imaginer la joie qui anime tous les membres du groupe d’être ici et de prester aux côtés des autres ethnies que nous n’avons jamais eu la chance de rencontrer. C’est la première fois que nous participons à un tel festival d’envergure national et la population de Djarkpanga est fier de nous ». D’après lui, les traditions étant porteuses de valeurs, il revient aux Togolais de la sauvegarder et de les promouvoir.

Le Festival national de danses traditionnelles dans les régions se poursuit le 29 mars à la mairie de Kpalimé, le 31 mars à Tsévié et le 1er avril au Lycée d’Agoè-Nyévé-centre à Lomé.

ETAPE D’ATAKPAME



La phase régionale du Festival national de danses traditionnelles dans la région des plateaux s’est déroulée en deux étapes. Celle d’Atakpamé s’est déroulée le 27 mars 2017 au Centre culturel de la localité. Sept groupes de danses se disputaient une place en finale : Akoto de l’Est-Mono, Gbodemeha de Haho, Igbélé d’Amou, Assafo de Bénali (Wawa), Toba Tchingoume d’Anié, Tchébé d’Ogou et Azélé Gakpo de Moyen-Mono. Mais à la fin, c’est le groupe Assafo de Wawa qui a reçu l’onction du jury pour participer à la phase finale le 26 Avril prochain à Lomé.


ETAPE DE KPALIME


A Kpalimé ce 29 mars 2017, c’est le groupe de danse Bobobo Dzigbodi de Tové Agbéssia dans la préfecture de Kloto qui a été choisi. Ce groupe a remporté la première place devant les trois autres concurrents de danse Bobobo de la zone. Il s’agit de : Mawounyo d’Agou, Hossiana de Kpélé, Dzigbodi de Kloto et Providance de Danyi.
By Grégoire AWESSO
abc
Le Ministre
Guy Madjé LORENZO
“ Le petit clic remplacera désormais vos longues distances, vos interminables coups de fils, vos multiples questions et renseignements ”
Lire la suite
abc
Accès à l’information et à la documentation publiques. "Il est désormais possible, pour l’administré de sortir des pièges de la désinformation et des rumeurs en faisant le geste le plus simple qu’est ce... Lire la suite